Email: info@directcellar.be
Tél.: 04/287.39.59
Comment déguster le champagne

Comment déguster le Champagne

Apprendre à déguster le champagne : pourquoi faire ?

Cela peut paraître évident pour certains, ou alors totalement inutile pour d’autres, mais apprendre à déguster le champagne est primordial lorsque vous désirez en acheter. L’objectif n’est évidemment pas de devenir un professionnel du champagne et de réaliser une dégustation exhaustive. Cependant, pouvoir identifier les différents traits d’un champagne vous permettra de reconnaître les notes de goûts qui vous plairons le plus et ainsi acheter de nouvelles bouteilles qui vous satisferons.

Vous aimez déguster un champagne avec une attaque en bouche souple et harmonieuse et également de la rondeur comme pour le Ruinart Blanc de Blancs ? Ou préférer vous peut-être une sensation en bouche soyeuse se terminant sur une note d’amertume telle que pour le Dom Pérignon ? Apprendre à déguster et identifier les principales saveurs d’un champagne répondra à ces questions.

Déguster le champagne en 3 étapes

Décrypter un champagne se fait finalement de manière plutôt logique et en 3 étapes. L’analyse visuelle, l’analyse olfactive et l’analyse gustative. La succession de ces étapes vous permettra d’identifier les arômes que vous préférez. L’idéal est évidemment de déguster le champagne servi dans une flûte afin de concentrer les arômes (vous ne pensiez tout de même pas à un gobelet en plastique ??) et ce à une température de 8 à 10°C.

La robe du champagne : l’analyse visuelle

La couleur, également appelée la robe, est le premier élément que l’on analyse. Bon… Passons directement la manière de distinguer le champagne blanc du champagne rosé. A priori… tout le monde est capable de faire la différence. La robe peut-être jaune pâle, jaune claire, dorée ou ambrée. L’examen de l’effervescence du champagne est également intéressant. De fines bulles, régulières et persistantes sont un bon indice de la qualité d’un champagne. La majorité des Grandes Maisons met un point d’honneur à parfaire la tenue du cordon de mousse.

Le champagne et le nez : l’analyse olfactive

Vient ensuite le moment d’humer le champagne. Après 1 à 2 minutes d’attentes pour que le champagne se calme, découvrez les senteurs qui viendront se développer en bouche. Le bouquet doit être fin et agréable (et non pas grossier). Après quelques instants, les arômes perçus au nez peuvent évoluer. C’est le champagne qui « s’ouvre ». Ce phénomène apparaît plus particulièrement pour les millésimes (par exemple Dom Ruinart ou Dom Pérignon). Vous pouvez également imprimer un mouvement de rotation à votre flûte afin d’aérer le champagne et permettre ainsi aux odeurs les moins volatiles de se révéler.

Le champagne en bouche : l’analyse gustative

Prenez une petite gorgée et gardez la en bouche quelques instants. Laissez ainsi venir les premières sensations gustatives. Reprenez-en et essayez d’aspirer de l’air en bouche afin que le champagne libère complètement tous ses arômes. Identifiez maintenant l’acidité et sa force. Pour ce faire, utilisez une échelle allant de 1 (légère) à 3 (forte). Utilisez la même échelle pour évaluer son caractère sucré. Faite de même pour l’appréciation des arômes (1 pour une appréciation « grossière » et 3 pour « agréable »). Cette dernière évaluation étant particulièrement subjective.

Comme indiqué en début d’article, l’objectif n’est pas ici de faire des dégustations à l’aveugle et d’identifier à coup sûr tel ou tel champagne mais plutôt de vous donner les outils pour mieux comprendre vos goûts.

Bonne dégustation !